SYMPOSIUM DU 50aire DES MARTYRS MISSIONNAIRES ET DE L’AD GENTES

SYMPOSIUM DU 50aire DES MARTYRS MISSIONNAIRES ET DE L’AD GENTES

2 i 4bis

Butembo 11-12-2014

Mot de bienvenue et d’ouverture pour le jubilé de 50 ans des martyrs missionnaires.

Excellence Mgr. Melchisédech Sikuli Paluku, évêque de Butembo-Beni, absent pour accueillir le Nonce Apostolique en visite à Beni,

Révérend Monsieur l’Abbé Chrysostome, recteur du Théologat

Révérend Monsieur l’Abbé Curé de la Cathédrale qui nous accueil.

Monsieurs les Abbés

Révérends Pères et Frères, Révérendes Sœurs,

Distingués invités à vos titres et qualités respectifs,

Chers frères et sœurs dans le Christ.

Soyez les bienvenus.

Plusieurs motivations nous sont données pour remercier le Seigneur de la vie et de l’histoire.

Nous sommes ici trois instituts, les Prêtres du Sacré Cœur, l’Ordre des Pères Croisiers, les Missionnaires Comboniens, qui veulent avec vous tous, ici convenus, faire mémoire de nos martyrs missionnaires, dont nous célébrons le jubilé de 50 ans.

Les missionnaires Combniens clôturent leur jubilé de 50 ans de présence au Congo dans la mémoire de leurs quatre martyrs.

L’Ordre des Pères Croisiers ouvre le jubilé des leurs 24 martyrs.

Les Prêtres du Sacré Cœur ouvrent le jubilé des leurs 28 martyrs et leur érection à province.

Les OPM ouvrent l’année jubilaire du document du Concile Vatican II : Ad Gentes.

Ce matin nous ne voulons pas faire un simple souvenir de ce que s’est passé il y a cinquante ans, en 1964 pendant la rébellion Muleliste et de Simba. Il ne s’agit pas d’un simple souvenir qu’on retient du passé comme des archives gardées dans un dépôt et qu’aujourd’hui nous le sortons dehors. Mais nous, en suivant les hommes de la Bible et la tradition chrétienne, nous voulons faire mémoire de tous nos martyrs. En sachant que le Mémorial cultuel est un acte vivant de commémoration. C’est-à-dire, dans ce mémorial le passé des événements de 1964 est récupéré et rendu présent surtout pendant le culte, dans la Célébration Eucharistique qui suivra nos conférences.

En effet avec l’avènement de l’expérience de foi d’Israël avant et de Jésus après, ce que nous appelons événement/fait et que se développe dans l’histoire devient un KAIROS/occasion propice, si intime à la foi elle-même. Dieu ne se manifeste pas dans la nature du rituel dominé par le destin, pour tomber dans la résignation fataliste. Dans la prière de Neuvaine à la bienheureuse Anuarite on dit que « A l’aube de la commémoration du cinquantenaire du martyre de la Bienheureuse Anuarite, la RD Congo est toujours en proie à la violence, à la haine et à la division. Beaucoup de nos frères et sœurs vivent dans l’insécurité, dans la misère et dans la résignation ». En tout cas la foi n’est jamais résignation mais au contraire la foi est principe d’indignation. Alors comme Église nous dévons être les témoins de l’espérance afin que nos frères et sœurs ne demeurent pas dans la résignation. Même dans l’imprévisibilité de la vie humaine, pour l’homme de foi rien n’est sans importance, rien n’est insignifiant dans la vie de tout le monde, car chaque moment, chaque geste, chaque événement est marqué par la Présence de Dieu, la Shekinat de Dieu, qui parle à travers le code de l’incarnation. L’homme biblique découvre une nouvelle vérité : l’événement humain est le lieu privilégié de la manifestation de Dieu. En effet c’est le commandement nouveau dans lequel et par lequel Dieu nous parle, parle à l’humanité : « il n’y a pas de plus grand amour que de donner la vie pour ceux qu’on aime ». Dans les événements de 1964 nos missionnaires martyrs ont fait cause commune avec le peuple congolais et donc ils sont les témoins vivants de ce commandement nouveau à travers lequel Dieu nous parle dans l’aujourd’hui.

C’est une histoire de donation et d’espérance, où il n’y a pas de place pour la résignation.

Alors, l’événements/fait de 1964, le martyr soit des missionnaires de nos trois instituts, soit d’autres prêtres, religieux et religieuses d’autres congrégation tués au nombre de 179, dont 7 prêtres congolais, 1 grand séminariste et la bienheureuse sœur Anuarite et aussi les 29 frères protestants- le martyrs nous fait déjà vivre l’œcuménisme – ne sont pas des événements à ignorer, ou pire encore dont en avoir honte, mais c’est l’événement Kairos/occasion dont apprendre le passage de Dieu dans notre histoire, dans l’histoire de notre pays le Congo. A cela il faut ajouter des innombrables laïcs chrétiens. On a parle en tout d’au moins 500.000 victimes. Nous invitons les autres instituts religieux à faire mémoire eux-aussi de leurs martyrs. En cette année de la vie consacrée le Pape François à désignée un jour, le 26 septembre 2015 qui marquera la mémoire des saints et des martyrs de la vie consacrée. En tout cas le 24 mars, jour du martyr de Mgr. Romero en El Salvador, est désigné chaque année comme journée des martyrs. Depuis deux ans nous le célébrons même ici à Butembo. Aujourd’hui l’Église fait mémoire de saint Damas 1er Pape, « qui restaura le culte des martyrs et sut les promouvoir avec amour » comme récite la prière de collecte de la messe. Prions le Seigneur afin qu’il nous aide à être fidèles à l’exemple du pape saint Damase à promouvoir avec amour le culte de nos martyrs missionnaires au Congo.

Le courage de tous ces témoins de la foi, oui de la foi, tués par haine à la foi, – car les rebelles étaient endoctrinés par l’idéologie communiste-maoïste athée, – ces témoins de la foi, missionnaires, prêtres, religieux, religieuses, catéchistes et laïcs congolais et expatriés, a fait resurgir l’Église du Congo, une Église qui est actuellement la plus importante de l’Afrique tout entière. Nous sommes le fruit de cette abondante semence comme le grain de blé tombé par terre qui ne reste pas seul mais qui porte beaucoup de fruit. « Le sang des martyrs est semence des nouveaux chrétiens », disait déjà Tertullien, un chrétien d’Afrique.

Ainsi en faisant mémoire de la bienheureuse Anuarite – c’est quand même étrange que le 1 décembre, par nos institutions catholiques, écoles, universités, séminaires, n’est pas vécu, mais on a continué la vie comme si rien ne s’était passé, comme si nous n’avons pas à faire mémoire – mais au contraire nous voulons en même temps célébrer l’héroïsme de tous ces témoins de la foi. Et je pense que si nous désirons la canonisation de la bienheureuse Anuarite et pour cela nous prions, cette canonisation ne pourra pas arriver qu’avec la multitude de tous ces compagnons qui ont lavés leur robe dans le sang de l’Agneau immolé.

La caractéristique de ceux qui croient, qui donnent leur adhésion au Christ Seigneur de l’Histoire, c’est de vivre une mission dans le monde, celle de témoigner les signes d’une Présence amicale/Shekina de Dieu dans l’humanité qui explique la signification du voyage de chaque homme et femme. Le Dieu de la communion nous ne le rencontrons pas dans des espaces et enceintes sacrées mais dans les événements de la multitude des frères et sœurs qui ont été tués par haine à la foi et qui sont, dans la célébration de leur mémoire, pour nous aujourd’hui, le Kairos/occasion propice de la rencontre avec le Dieu des vivants.

Il nous faut approfondir une théologie sur le martyr pour haine à la foi.

Écoutons leur histoire de vie de donation, le témoignage de ceux qui ont fait cause commune avec le peuple congolais, dans les trois conférences qui suivent :

-pour les Prêtres du Sacré Cœur le p. Mateus

-pour l’Ordre des Pères Croisier le p. Jean-Marie

-pour les Missionnaires Comboniens le p. Claudino Gomes.

Après la messe, avant la bénédiction, l’Abbé Wambereki Bilongo Jean, directeur diocésain des OPM, nous présentera l’ouverture de l’année jubilaire de l’Ad Gentes, le décret du Concile Vatican II sur la mission, promulgué le 7/12/1965

p. Di Vincenzo Trasparano Gaspare MCCJ au Congo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s